Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Salut à tous,

Les nouvelles pour Vinh ne sont pas bonnes !

Le 16 juin 2014, 16 mois après avoir intégré son atelier de forge, Vinh a été purement et simplement viré sous la menace.

Voici quelques mots d'explication que je relaye volontiers sachant Vinh de bonne foi.

En attendant son adresse virtuelle n'a toujours pas changé... http://3kgsousterre.blogspot.fr/ mais compte tenu de la situation il ne sera pas en mesure de répondre facilement aux commentaires/mails.

Souhaitons lui de trouver rapidement un local pour installer sa forge et accueillir ses stagiaires.

Le coutographe

 

***

 

 

16 juin 2014, Vinh

 

Chers amis, lecteurs, collègues
Je vous avais promis des explications, les voici.

 

Avant toute chose, je vous remercie de ne pas mettre de commentaires désobligeants sur la personne concernée, ce n'est absolument pas le but de ce message.


Vous m'excuserez si pour des raisons de discrétion, je ne peux entrer dans les détails (d'ailleurs, je n'y tiens pas spécialement, sauf si la personne concernée réitère ses menaces).


Pour faire simple, sachez que j'ai emménagé dans cet atelier il y a seize mois chez un "ami". Afin que les choses soient claires, et justement pour éviter tout malentendu ultérieur, nous nous étions mis d'accord pour un bail. Je me suis donc installé, mais n'ai jamais eu le bail en question (soi disant rédigé, mais jamais imprimé). J'ai fait une erreur en croyant ne pas devoir insister.
Par la suite, la personne concernée m'a créé des soucis en m'abîmant une de mes machines, ce qui a engendré des frais et des soucis dont je me serais bien passé.


Enfin, hier, elle a voulu me persuader que je consommais 60euros d'electricité par mois (en réel, je consomme 15-20 euros par mois), et a donc exigé un paiement rétroactif de cette somme sur les 16 derniers mois. Oui, juste à moi, puisque apparemment, gagnant plus que mon collegue, il était logique que je paye le loyer plus cher que lui (??).


Ledit monsieur a donc ensuite rédigé une note de frais, de 2200euros (?) que je lui "devais dans les deux semaines" . En conséquence de quoi, il s'octroyait le droit de rentrer dans l'atelier pour saisir un de mes outils ou objets de valeur, en "caution", pour être sûr que je lui paierais ladite somme imaginaire. Hier, le ton est donc monté, puisqu'évidemment je ne tenais pas à ce qu'il reparte avec mon backstand ou mon enclume. Il a donc décidé de "mettre fin à mon activité" (ce sont ses termes) et m'a officiellement dit de partir.


A noter, que nous avons des preuves qu'il est plusieurs fois entré dans mon atelier, durant nos absences. C'est d'ailleurs pourquoi je rentrais tous les soirs avec mes pinces et marteaux à la maison. J'ai cru être parano...je ne l'étais pas. J'avais installé quelques "objets légers" derrière la porte, pour voir si oui ou non elle était parfois ouverte en notre absence...ce fut le cas.


La tentative de chantage d'hier matin m'a fait réaliser à quel point la situation des 6 derniers mois était grave. On ne peut pas impunément menacer quelqu'un de lui voler son matériel (j'ai un témoin de ces dires). J'ai donc décidé de rentrer à la maison, calmement mais choqué, et de me rendre à la gendarmerie de mon village, accompagné de monsieur le maire. Apres leur avoir fait part des éléments cités au dessus, sans entrer dans les détails, je leur ai dit que je craignais pour mon matériel mais également une éventuelle obstruction (facile de bloquer la route ou l'atelier avec un tracteur) lors de mon déménagement imprévu.


J'ai donc déménagé dans l'après midi même, accompagné de quelques témoins et de sept gendarmes de la brigade de mon village ainsi que de la ville la plus proche. Nous n'avons pas vu la personne concernée, mais au moins mon matériel était en sécurité.


Je ne citerai bien entendu jamais le nom ni le lieu de vie de cette personne (c'est pourquoi le lieu de l'atelier n'a jamais été divulgué sur internet). Je n'ai absolument aucune raison, tant qu'il me laisse tranquille, d'aller plus loin dans la démarche. La gendarmerie est au courant des faits et m'ont conseillé de porter plainte, mais je m'arrêterai là tant que la situation ne déborde pas.
Avec le succès grandissant de mes stages, j'ai bien senti des tensions sans les comprendre, puisque j'ai toujours payé mon loyer en temps et en heure. Il n'y a jamais eu de conflit ouvert et j'ai été très choqué que la situation en arrive là. Notre accord aurait pu être arrangeant pour tout le monde, stagiaires, lui, et moi compris. C'est vraiment dommage.


Je tiens à remercier monsieur le Maire de mon village, ainsi que les deux brigades de gendarmerie, pour leur réactivité et leur soutien, ainsi que mes amis, lecteurs, et autres collègues forgerons et couteliers, qui m'ont touché par leur mobilisation. J'ai reçu 300 messages de soutien, des propositions d'atelier, de financements, d'aides diverses. Ma reconnaissance pour vous tous, n'a pas de limites, si ce n'est que l'envie de continuer, de ne pas se laisser abattre, et de vous rendre la pareille au centuple à travers mes photos et la pérennité de mon métier.


Je dois prendre le temps d'étudier toutes vos propositions d'aide concernant un éventuel atelier ou autre - vous m'excuserez de ne pas pouvoir répondre à chacun personnellement, mais encore à tous MERCI.


La forge coule dans nos veines !


Vinh

Tag(s) : #You